10 jours dans les Hautes Alpes

16 janvier 2019

Une journée de folie

La journée a été intense, très intense. Entre la rando de ce matin, le ski de cet après midi, la visite des marchands de souvenirs, de cochonnaille ou de fromages, on n'a pas eu beaucoup de temps. Vous aurez le résumé de la journée demain matin.

Bonne nuit à tous.

Posté par Amiral22 à 22:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]


15 janvier 2019

Pas d'igloo

Aujourd'hui, nous avions la visite des guides du Champsaur, programme : construction d'igloos. Excellente activité en classe de neige, ça forge le groupe car tout le monde doit bosser dur pour accumuler et tasser la neige puis la creuser. Evidemment, la neige présente ne permettait pas de fabriquer un véritable igloo, dans les coins au dessus du centre où nous avons l'habitude de faire ça, la neige est dispersée par plaques plus ou moins épaisses. On aurait pu essayer de fabriquer un semblant d'igloo, mais l'ambiance n'y était pas. Hervé, notre guide, nous a donc emmenés en randonnée.

001

Hervé explique ce que l'on va faire, il y en a déjà qui s'assoient, dégoûtés à l'idée de marcher.

002

Et ça commence par grimper fort, vous noterez l'enneigement exceptionnel. 

 

003

Nous voilà au canal de Malcros, construit au XIXème siècle par les paysans du Champsaur pour irriguer leurs terres. Il tirait ses eaux du glacier de Malcros situé un peu plus haut.

004

 

006

Hervé raconte l'histoire du canal, puis il va parler d'igloo.

007

Le Kaly est juste en dessous, pour l'instant...

011

Et on suit le canal, direction plein ouest, vers le Dévoluy.

012

Qui apparaît à travers les mèlèzes.

 

014

Le pic de Glaize et le pic de bure, sommets emblématiques du Dévoluy.

015

Er on arrive à la piste de la Lauzière et là...

019

020

021

022

023

Un formidable terrain de glissade.

 

025

Pluson avance vers l'ouest, plus on découvre un nouveau paysage.

026

027

028

030

D'ici, on voit jusqu'à l'Aiguille d'Orcières

034

Le pic du Soleil Boeuf qui domine la gande piste bleue.

038

Ils sont épuisés, mais il y en a encore qui participent.

039

Les barres rocheuses au dessus de la Lauzière regorgent de chamois et de bouquetins.

040

Les estomacs gargouillent, il est temps de rentrer.

041

Les Prévertiens ont quand même fait un igloo en ramassant de la neige pourrie. Nous en ferons un dans la cour de l'école s"il neige suffisamment.

Il y avait encore ski cet après-midi, tout le monde est  monté à la station, a retrouvé son groupe, et a pris le télésiège. Les débutants progressent à grands pas. Vous n'aurez pas de photos des pistes aujourd'hui, mon genou gauche est trop douloureux pour que je me risque sur des skis. Je n'ai absolument aucune envie de redescendre dans une barquette avec un pisteur. Si ça ne va pas mieux demain, je confierai l'appareil à un animateur.

042

Comme promis, mon copain Paul, montagnard et conteur, est venu animer une soirée contes après le goûter. C'est toujours un moment exceptionnel.

045

046

047

048

049

Un petit souper pour se remettre, et...

052

Quentin le barman fou de dimanche s'affaire dans le grande salle.

054

Un DJ s'installe derrière la sono, les décbels vont déchirer la nuit.

055

c'est la boum !

056

057

 

058

Et évidemment, ces fadas d'animateurs se sont installé une petite scène.

059

Des grands malades.

La boum s'est terminée, plus tard que d'habitude puisque le programme de demain matin est plutôt calme. Comme d'habitude, des coeurs ont été brisés, mais ne vous inquiétez pas les mamans, j'ai un énorme stock de Kleenex, et ils n'ont pas servi, on n'a pas de rhume ici.

Bonne nuit à tous.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Amiral22 à 23:14 - Commentaires [13] - Permalien [#]

Du miel et du ski

Ce matin, nous avions la visite de Bernard, un apiculteur de la région. comme prévu, il est arrivé à 9H00 pour présenter sondiaporama sur la vie des abeilles et sur l'apiculture. Nous nous sommes installés dans la grande salle du bas pour l'écouter. 127 gamins qui écoutent et se taisent, sauf au moment de poser des questions, et ce pendant presque une heure et demie, ça tient du prodige. Bernard l'a fait. Respect.

003

004

Un bon repas plus loin (si, si, ça ne sert à rien de râler dans le vide, il faut s'adresser à la bonne personne) nous étions sur les pistes.

006

Et nos moniteurs nous y attendaient.

Il y avait deux heures de ski cet après-midi, après une coupure de deux jours. Tout le monde a retrouvé son moniteur, et seul un groupe de débutant est resté sur la petite piste verte. Les bons skieurs sont tout de suite partis sur le secteur de la Lauzière, et les autres ont pris le télésiège et ont attaqué la bleue du clot Chenu sans même un petit échauffement préalable.

010

Direction le télésiège

011

013

Il fait beau, mais il y a beaucoup de vent

014

Des pisteurs préparent la piste de compétition, l'équipe de France féminine vient s'entraîner mercredi.

017

018

020

019

 

Certains prennent la bleue directement

 

020

021

D'autres la contournent par un chemin plus facile

023

027

028

030

 

L'important est d'arriver en bas.

 

.031

 

033

034

 

On arrive en bas, c'est la fête.

035

036

037

040

043

 

C'est la fête, on maîtrise la gande bleue

044

 Il y en a du monde qui rentre à 17H00

046

047

048

049

051

Et il est temps de rentrer, il va bientôt faire nuit.

052

 

 055

Et c'est pas le tout, mais ily a encore  une activité.

061

On dirait une maîtresse, mais non, c'est Daphnée, accompagnateur en montagne

063

Et là, voici Olivier avec ses cornes et ses bois.

064

Et pour finir, Camille avait onse ans aujourd'hui.

 

066

 

Alors on a fêté ça.

068

070

Et il y en avait du rapace autour d'elle. Trop bien les cadeaux.

Bonne nuit à tous.

 

 

Posté par Amiral22 à 00:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]

13 janvier 2019

Enquête au Kaly

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, c'était donc dimanche. Pas de ski, pas d'activité de découverte, une journée pour se remettre, recharger les batteries pour attaquer la deuxième semaine qui sera au même rythme que la première. Ce matin, il y avait grasse mat, ce qui signifie que le petit déjeuner était servi à 8H30, un luxe dans un centre d'accueil collectif. Eh non, ce n'est pas l'hôtel, on ne peut pas se lever à l'heure qu'on veut. De toute façon, une chambre s'étant levée très tôt avec une discrétion toute relative et ayant réveillé quasiment tout le troisième étage dès 7H00 ce matin, la grasse mat avait vite vécu. Au menu du petit déjeuner, il y avait même des croissants.

La matinée a été consacrée à des jeux de société dans les salles disponibles, essentiellement les classes et les chambres.

005

 

La classe transformée en tripot

 

 

006

 

Attention ça triche

007

 

Les tueurs à gage sont de sortie

009

Coco, Camille et Lana font les croupières.

Après cela nous sommes allés manger un bon coucous, avec de la vraie viande. Un petit moment calme s'en suivit, pendant environ une heure, puis le grand jeu put commencer. Il s'agissait d'un Cluedo géant, avec des coupables potentiels répartis dans tous les coins du bâtiment (et il y en a), et les équipes de détectives devaient retrouver des indices pour retrouver le voleur qui avait dérobé toute la neige de la station.

 

013

Les équipes de détectives partaient de la grande salle du rez de chaussée et déambulaient dans tout le centre à la rencontre des suspects.

011

Quentin le barman fou

014

Alex la Roumaine

015

Le vengeur masqué

017

018

Romane alias Monsieur Duss

019

Mariane la loueuse de ski

020

Et on écrit, on coche des cases, on se torture le cerveau

022

023

024

025

Bref du grand délire, un grand jeu du dimanche à Chaillol quoi.

Alors je suis parti prendre l'air dans le calme, et faire quelques photos. La station était tranquille pour un dimanche, quelques familles, quelques vieux venus prendre l'air en altitude, mais pas la horde de fadas marseillais que j'ai pu voir certaines années. Allez, quelques photos de ce soir, et au lit.

 

027

 

029

032

 

034

 

036

037

038

056

057

 

 

 

 

 

Posté par Amiral22 à 22:32 - Commentaires [16] - Permalien [#]

Une journée dans la vallée de Champoléon

Une bonne nuit de repos, rien de tel pour repartir pour une deuxième semaine. Rien à voir avec les grasses matinées délicieuses que l'on peut faire chez soi, à peine troublé par l'aboiement d'un chien. Ici, les premiers bruits, furtifs, montent du rez de chaussée et des cuisines vers 7H30, puis 30 minutes plus tard les premiers pas d'enfants. Après, c'est fini, le troupeau débarque, les chaises grincent en frottant le sol, la grasse matinée est terminée.

Nous avons passé la journée d'hier dans une autre vallée, juste derrière les sommets qui bordent à droite la grande piste bleue. Evidemment, c'est tout près à vol d'oiseau, mais il faut compter 45 minutes de car puisqu'il faut redescendre jusqu'au Drac et remonter vers l'une de ses sources. Champoléon est un ensemble de hameaux perdus dans la vallée, accessibles par une route souvent recouverte de glace. Cette année, la route était à peu près sèche. Nous avions rendez-vous dans le hameau principal, Les Borels, celui où se trouvent la mairie, l'église, l'ancienne école aujourd'hui désafectée puisque tous les enfants du coin sont regroupés à l'école de Pont du Fossé. Aux Borels se trouvent aussi la Maison du Berger, un magnifique musée de la vie pastorale, et le départ des pistes de randonnée en raquettes. Le car nous a lâchés sur un grand parking où nous attendaient les guides de montagne. Nous devions randonner en raquettes le matin, ce qui en soit était une excellente nouvelle car la vallée de Champoléon étant une vallée nord-sud, elle n'est ensoleillée que jusqu'à 14H00. Au delà, le soleil disparaît derrière le pic de Soleil-Boeuf et il se met tout de suite à faire nettement plus froid.  Nous nous sommes équipé de raquettes avons commencé la randonnée en suivant notre guide.

002

Le Drac blanc serpente dans la vallée de Champoléon avant de rejoindre le Drac noir qui coule dans la vallée d'Orcières. Tous deux iront rejoindre l'Isére, bien plus loin du côté de Grenoble. Au fond, la Grande Autane ferme la vue vers le sud. Ele culmine à plus de 2700 mètres.

 

 

003

Rassemblement près du départ des pistes de raquettes

007

L'équipement, il vaut mieux être deux pour enfiler les raquettes pour la première fois. 

010

 

Hervé, notre guide, donne les consignes avant le départ.

014

Et c'est parti, il n'y a pas beaucoup de neige.

015

011

C'est ensoleillé, mais il fait quand même froid, on est dans le fond de la vallée.

005

Il y même des cascades de glace dans les parois à l'ombre.

013

La vallée de Champoléon est entourée de haut sommets qui dépassent tous 2500 mètres. Au fond, la vallée tourne vers l'est et se rétrécit. C'est le secteur des sommets à plus de 3000 mètres. On n'y emmène jamais les enfants car c'est un secteur très avalancheux.

 

 

 

018

De temps en temps on s'arrête pour observer les traces du passage d'un animal.

021

Au fond, Les Borels, on y mangera à midi

024

Le col de la Vénasque, on peut rentrer à Chaillol par là, mais il faudrait des crampons et un piolet.

026

Hervé a installé un lunette, on aperçoit des chevreuils, et même des bouquetins sur le versant en face de nous.

030

Bon, il ne faut par rêver, même à la lunette, on ne voit pas très bien, ils sont très loin, à l'oeil nu, c'est une crotte de mouche, à la lunette, c'est une crotte de rat. Et avec le rafut que l'on fait, il y a peu de chance qu'ils aient envie de se rapprocher.

033

Le soleil traverse l'horizon, il est bientôt midi.

 

035

Il est temps de rentrer, les estomacs gargouillent, alors Hervé prend le chemin du retour.

038

Et tout le monde suit.

040

044

Et il y a un bout de route dans les sous-bois.

046

047

048

050

Nous voilà enfin à l'école, c'est quand même pas souvent qu'on est si content de se retrouver à l'école...

051

 

Et en face de l'école, il y a la Maison du Berger, c'est là que nous allons manger, plein sud, au soleil. Il fait encore bon.

052

Et la cour de l'école est un merveilleux terrain de jeu. Après un bon pique-nique (si si, le pique-nique était très bon) tout le monde s'éclate.

053

 

058

 

Bon, il doit bien rester quelques bouts de sandwich qui traînent par là...

059

Nous avons deux heures avant que la Maison du Berger nous accueille, nous ne passons qu'à 15H00.

060

Alors les animateurs organisent des grands jeux.

062

J'aurais pu organiser une petite messe pour passer le temps, mais l'église était fermée.

063

15H00, le soleil disparaît derrière la montagne, la température tombe subitement, il se met à faire très froid, mais heureusement, c'est à notre tour d'entrer dans la Maison du Berger. C'est une ancienne bergerie que son propriétaire, un vieux berger, a légué à la commune pour en faire un musée de la vie pastorale. Le bâtiment a été magnifiquement restauré. Comble de bonheur, c'est mon vieil ami Paul, un guide de montagne de la région et conteur de surcroit, qui nous accueille et s'occupera de nous pendant la visite. C'est la première fois que j'ai la chance de l'avoir à la Maison du Berger, et c'est un moment inoubliable. Paul viendra nous voir à Chaillol mardi soir, mais ce ne sera pas le montagnard cette fois-ci, ce sera le conteur.

064

Et, après ce moment exceptionnel, une surprise nous attendait sur le parking du retour : le bus des Bleus, celui qui a ramené les Champions du monde de Roissy à Paris.

 

067

Alors on n'a pas pu s'empêcher d'immortaliser ce moment. Et pendant le voyage du retour sur Chaillol, on a chanté "Ramenez la coupe à la maison, allez les Bleus allez". C'est vrai qu'il est plutôt pas mal le bus des Bleus. Il y a dedans plein de petits détails qu'il n'y a pas dans les autres bus. Chacun se demandait à la place de quel joueur il était. Moi, je savais. j'étais à la place du sulfureux Benalla...

070

071

069

Après ça, le goûter, les douches, la punition, et une grande veillée, une fureur, une sorte de karaoké aux règles aussi variables que confuses, mais qui déchaîne les passions à chaque fois.

A ce soir pour des nouvelles du dimanche. Bonne fin de week end à tous.

 

 

 

Posté par Amiral22 à 14:01 - Commentaires [11] - Permalien [#]


12 janvier 2019

Petite flemme et grosse fatigue

La page du blog racontant la journée d'aujourd'hui sera écrite tranquillement demain, les activités ont été fatigantes. Tout va très bien, les enfants sont en pleine forme, Françoise et moi un peu moins, mais ça va le faire.

Juste une petite photo surprise de ce qu'on a connu aujourd'hui alors qu'on ne s'y attendait pas du tout :

064

068

Bonne soirée à tous, bonne nuit et à demain.

Posté par Amiral22 à 20:25 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Ce matin, nous devions descendre au Chaillolet, à la ferme Martin, pour découvrir la vie d'une ferme de montagne et les secrets de l'élevage des ovins. Nous sommes donc descendus à pied le long de la route qui rejoint la civilisation sur environ deux kilomètres. Il faisait frais (- 7°C) mais il n'y avait pas de vent et le ciel était parfaitement dégagé. De plus, cette descente permet d'avoir par endroits des vues différentes sur les paysages qui nous entourent. La montagne de Céüse par exemple, a été prise pour des remparts. La vue sur le Dévoluy donnait ceci :

001

Le Pic de Glaize et à gauche le col du Noyer, le rempart est plus loin à gauche, on ne le voit pas sur la photo.

Comme toujours, Florence, la bergère, nous accueillit avec chaleur et nous fit entrer dans l'une des bergeries. L'odeur d'urée piqua bien quelques narines sensibles mais la présence immédiate des bêtes rendit ce désagrément secondaire. Et puis il y avait plein de chats que chacun s'empressait de gratouiller, des chats bien gras, gavés par les innombrables souris qui peuplent un univers tapissé de paille. Les brebis, persuadées que cette arrivée de touristes parisiens allait leur procurer un supplément de bonnes choses, s'approchaient des enfants et se laissaient caresser.

009

Et puis ce fut la fête, on leur donna à manger.

La bergerie, immense (il y a plus de 650 bêtes au GAEC du Caïre), comprenait 3 parcs distincts, en fonction de la période où les brebis vont agneler. Celles que nous tripotions avaient eu leur petit en décembre.

002

Évidemment, après de nombreuses explications sur la vie et l'élevage des ovins, nous sommes allés voir les agneaux. Et là, je n'ai cessé d'entendre "Oh, il est trop mignon, il est trop beau..." Bon, les filles, on se calme, vous avez devant vous d'excellentes côtelettes et de succulents gigots.

012

013

015

A table ! (Photos prises par Raphaël EM)

Après ce petit préambule culinaire, (qui a fait beaucoup de bien vu ce qu'on nous donne à manger au centre), nous avons rejoint un petit chalet dans lequel nous avons visionné un  film remarquable sur la vie des paysans du Champsaur au fil des saisons. Il y avait une jolie vitrine de souvenirs où pas mal d'enfants ont commencé à attaquer leur budget. Il y a eu un certain nombre d'amateurs de pâté local, rien de surprenant, vu ce que j'ai écrit trois lignes plus haut...

Il était temps de rentrer au centre pour la punition quotidienne, le déjeuner.

017

Sur la route du retour, la petite Autane, la grande Autane, la Recula, l'Aiguille d'Orcières, le Garabrut, qui ferment au sud la vallée du Drac, en face, la station d'Orcières Merlette. Nous naviguerons dans ce secteur demain pour notre sortie en raquettes à Champoléon.

016

Nous sommes arrivés juste à temps pour la punition du midi, une poignée de salade d'endives sans sauce et des escalopes de dinde déséchées à la poële. Même la sauce moutarde avait eu trop chaud. Dommage, il y avait des frites avec ça, ça aurait pu être bon avec la sauce moutarde, mais elle ne respirait plus au moment de servir.

15H00, les choses sérieuses commençaient, nouvelle séance de ski, la quatrième. Les groupes forts ont disparu tout de suite et ont filé dans le secteur de la Lauzière. on ne les a revus qu'à 17H00. Certains groupes de débutants sont restés sur la petite piste verte pour prendre de l'assurance tandis que d'autres partaient à l'aventure sur la grande bleue. L'aventure, le Graal, ils prenaient le télésiège. Bon, la descente n'a pas été de tout repos, la fameuse piste bleue commençant par un raidillon impitoyable avant de devenir plus douce en attendant un autre raidillon encore plus vicieux que le premier. Mais quelle fierté une fois arrivés en bas ! Il y a même des groupes qui l'ont faite deux fois, et quand on l'a faite deux fois en arrivant vivant, c'est qu'on l'a vaincue. Je sens certains débutants rouler des mécaniques. Le passage par la piste rouge qui mène à la Lauzière devrait refroidir leurs ardeurs et les ramener à la réalité.

021

 

022

 

On est bien sur la petite piste verte

023

025

026

En prenant le télésiège, la pointe de la vénasque et le pic du Tourond, on monte à 2700 m, la vallée de Champoléon où nous irons demain est juste derrière.

028

Sur la bleue.

030

 

Pas si simple d'atteindre le Graal.

033

Ceux-là, il maîtrisent, reste à passer à la suite.

031

On arrive au bout, la station n'est plus très loin.

035

 

Travail du dérapage contrôlé chez les initiés.

036

La nuit tombe vite début janvier.

039

Le rempart de ce matin disparaît dans la brume et l'obscurité.

044

 

Et il commence à faire très froid.

045

 

050

Alors bonne nuit tout le monde.

051

 

Et à demain.

 

Posté par Amiral22 à 00:05 - Commentaires [14] - Permalien [#]

10 janvier 2019

Une journée complète de ski

Aujourd'hui était une journée particulière car à peine installés, nous affrontions une journée complète de ski. Pas le temps de se prélasser dix minutes de plus sous la couette, nous étions attendus par les moniteurs ESF à 9H00 pétantes, et entre 7H30 et 9H00, il fallait s'habiller, déjeuner, laver les dents, s'équiper correctement pour le ski avec combinaison chaude, gants, lunettes, casque, enfiler les chaussures de ski et monter à la station, soit environ 600 mètres de montée, pour y récupérer les skis avant de rejoindre le front de neige, lieu de rendez-vous avec les moniteurs. rien d'insurmontable certes, mais n'oubliez pas qu'il y a 127 gamins, et que par définition un gamin ça oublie ses gants, ses lunettes ou sa crème solaire... Je l'avais déjà remarqué, et ça se confirme, la qualité première de cette classe n'est ni l'organisation, ni le soin dans le rangement...

Et bien figurez-vous qu'à 9H00, nous étions prêts au pied des pistes. Les onze moniteurs étaient présents, quelques uns n'étaient pas ceux d'hier car ils ont un groupe attitré le matin, mais comme ici tous les moniteurs sont affectueux et compétents, ce n'était pas un problème. Le tapis roulant a encore fonctionné une petite heure avec les enfants les moins à l'aise, puis tout le monde s'est retrouvé sur la piste verte alimentée par un double téléski. Enfin pas tout le monde puisque les groupes forts ont filé au télésiège et ont rejoint, pour les plus forts, le secteur de la Lauzière, plus pentu, plus haut et exposé au sud ouest. Il ne sera accessible aux débutant qu'en fin de séjour, la piste pour y accéder est vraiment trop pentue (plus longue et moins large, ce serait une noire) et le tire-cul pour en revenir est des plus raides et des plus violents au départ. Les groupes initiés les moins aguerris sont restés sur la garnde piste bleue qui redescend sur la station.

Malgré les -7°C annoncés par mon thermomètre à 8H00, on avait pas la sensation de froid d'hier car il n'y avait pas de vent et le ciel était dégagé, libérant la vue sur le Champsaur, les montagnes de l'Ubaye au loin et sur le Dévoluy à l'ouest. Qui plus est, la neige était excellente, bien qu'il s'agisse essentiellement de neige de culture. C'est l'immense avantage de cette station, toutes les pistes sont équipées de canons à neige, et il suffit qu'il fasse froid pour qu'on puisse glisser.

A 11H00, nous sommes redescendus au centre pour récupérer et pour manger, puis pour un petit moment de calme réparateur avant de remonter pour 15H00 pour une nouvelle séance de ski. Il y eut de nouveau deux heures de ski, cette fois-ci avec tous nos moniteurs attitrés. En fin d'après midi, tous les débutants descendaient la piste verte et la remontaient avec une (relative) autonomie.

17H00, retour au centre pour le goûter,un petit breefing autour de l'organisation et du rangement, et c'était direction la classe et les douches (deux enfants par chambre montent se doucher, pendant la douche de l'un, l'autre range ses affaires et vice versa, pendant ce temps les autres occupants de la chambre complètent le cahier de classe de neige, lisent les mails, s'occupent de leur courrier).

A la fin du repas, ce fut l'occasion de fêter l'anniversaire de Marc qui avait 11 ans aujourd'hui. S'en suivit une petite veillée dans la grande salle du rez de chaussée puis au lit tout le monde, demain démarre par la descente de la Ferme Martin où Florence et son mari élèvent des agneaux, nous partons à 9H00 et nous y rendrons à pied et comme il y en a pas mal qui ont mal aux pattes...

Bonne nuit tout le monde, je vous laisse avec quelques photos de la journée.

001

Départ du front de neige

008

Un bébé raidillon reste un raidillon

003

N'est-ce pas ?

015

Il faut arriver jusqu'au tire-cul

017

Mais une fois là-haut, quelle fierté

026

C'est elle la piste verte, il faut descendre tout ça... avant de remonter, c'est vraiment idiot le ski.

028

Un groupe fort passe par là

030

Et un groupe initié, moins à l'aise.

031

Mais qui prend de l'aisance.

041

Un peu de solidarité dans ce monde sans pitié.

044

Exercice de style pour un groupe fort

047

048

052

 

Vue sur le Dévoluy

057

066

 

En descendant la grande bleue

069

 

Vue sur le Champsaur

 

070

071

076

079

Marc et ses chéries

085

087

 

Attention Marc, tu es cerné de rapaces

089

Bon, il a l'air content

094

Allez, une petite veillée et au lit

 

 

 

Posté par Amiral22 à 22:46 - Commentaires [20] - Permalien [#]

09 janvier 2019

Bon, on va peut être par finir par avoir un blog avec des photos, ce n'est pas de tout repos, mais visiblement ça fonctionne.

Ce matin, nous avions rendez-vous avec David, le loueur local spécialisé dans les groupes. Sa boutique se trouve à la station, à 600 mètres du centre, et nous avions la matinée pour aller chercher le matériel, ranger les skis dans un local au pied des pistes et redescendre avec les chaussures et les casques pour déjeuner à midi. Foutaises me direz-vous, mais il y avait 121 gamins à équiper plus quelques adultes, et c'est plus long qu'on ne le pense. Nous étions les derniers à passer, et nous nous sommes mis à table à 12H45.

C'était un vrai repas, avec une entrée de tomates mozarella et une sorte de blanquette de dinde qui se laissait manger. Un petit temps calme après ça et direction la station. Il fallait bien contrôler l'équipement des enfants car même si le thermomètre emmené d'Itteville indiquait 2°C sous abri, un fort vent tournant rendait l'ambiance sibérienne.

Nous étions prêts à 15H00, rassemblés sur le front de neige qui sépare les pistes de l'endroit où nous rangeons les skis. Les moniteurs de l'ESF sont arrivés, et les groupes ont été formés. Il y a 11 groupes, allant du groupe de skieurs très confirmés aux groupes de débutants. Bien entendu, le premier quart d'heure a été utilisé à vérifier le niveau de ceux qui postulaient pour telle ou telle étoile, puis les groupes forts sont partis sur le télésiège, laissant le bas de la station aux débutants et aux groupes peu confirmés.

Le bas de la station est idéal pour les débutants. Il s'y trouve une piste verte peu pentue d'environ 200 mètres, d'un terrain plat et d'un tapis roulant permettant de remonter les enfants sur une petite pente. Après une heure d'expériences sur le terrain plat et sur le tapis roulant, plusieurs groupes de débutants ont testé le téléski. Celui du Pinateau est tout doux, en pente douce au début et ne se redresse vraiment qu'à la fin, et il permet aux néophytes de goûter à la vraie glisse dès la première séance. Tout le monde n'est pas arrivé sans encombre au sommet du tire-cul, mais tout le monde a essayé, et tout le monde est rentré content.

Après cela, le goûter, les douches, qui étaient plus que nécessaires et un petit moment en classe, suivi du souper et d'une courte veillée. Demain, il ne faudra pas traîner, les cours de ski commencent à 9H00, à 11H00 on redescend manger, courte sieste et on remet ça à 15H00.

Voici quelques photos de l'après midi. Bonne nuit à tous.

001

Les groupes se forment

002

Ceux-là ont des bâtons, ils savent déjà skier

003

Les moniteurs arrivent, il y en aura 11

004

On commence par apprendre à chausser, pas forcément évident pour tout le monde

005

C'est bon, ça y est, tout le monde est chaussé

006

D'autres ont déjà fait un peu de ski

009

Et tout de suite montent au tire-cul

010

012

Avant d'aller prendre le tire-cul, il faut passer par là

013

014

017

019

023

025

Le groupe deux étoiles

026

027

Le groupe trois étoiles

029

028

Au fond, la montagne de Ceüse, on est impressionné par la quantité de neige

031

Le Champsaur

Posté par Amiral22 à 22:02 - Commentaires [14] - Permalien [#]

Premier réveil

La première nuit s'est bien passée, nous avons pris le petit déjeuner à huit heures, mais certains étaient levés depuis un bon moment. Ce matin, nous installons notre espace classe, visite du centre puis nous montons à la station pour récupérer le matériel de ski. Il fait -2°C, le temps est dégagé mais vous n'aurez que quelques photos, ça ne fonctionne toujours pas comme je voudrais et on ne peut pas les réduire.

DSCF5009[1]

Dans le TGV

DSCF5013[1]

DSCF5020[1]

Le petit déjeuner ce matin

DSCF5059[1]

Les photos n'étant pas réduites, ça va être un peu long à charger. J'essaierai d'arranger ça dans la journée.

Posté par Amiral22 à 09:49 - Commentaires [11] - Permalien [#]